Bienvenue ! Aujourd'hui, nous sommes le samedi 02 mars 2024
Nous contacter
Saint Nazaire - Tracts

Saint Nazaire - Tracts

Le bilan social est le résultat global d’une entreprise en comparant l’actif et le passif sur plusieurs années.

Nous constatons que les effectifs ont progressé de 20 salariés pour arriver à 957 au 31/12/2020, nous notons positivement le nombre d’embauches bien qu’il soit en diminution par rapport à 2018.

En ce qui concerne la formation le pourcentage dédié reste conséquent, mais il baisse d’années en années. Un point primordial car la société a besoin de salarié(e)s formé(e)s tout au long de leur carrière. Bien que l’accès au catalogue formation pour les cols bleus reste toujours difficile et le e-learning reste encore impossible pour cette catégorie car aucune salle dédiée. En 2019, le nombre de travailleurs en situation d’handicap est en augmentation de 4 salarié(e)s mais ne nous permet pas encore d’atteindre les 6% légaux.

En ce qui concerne les salarié(e)s apprentis et contrat pro nous faisons encore l’amer constat qu’aucune embauche n’a été réalisée au terme de leur formation. A quoi bon former des apprentis pour les laisser partir après leur formation. Sans compter le risque de démotivation des tuteurs.

Le taux de gravité des accidents du travail déclaré est en baisse ! Mais de notre côté nous constatons que la pression menée par la direction incite de plus en plus les salarié(e)s à ne plus déclarer leurs accidents du travail. Contrairement aux années précédentes le nombre de jours d’absences pour maladies supérieurs à 6 mois progresse sérieusement pour les catégories ingénieurs, cadres et techniciens. Ce qui nous amène à penser que les conditions de travail pour ces catégories se dégradent, cet argument est repris dans le rapport médical ou l’augmentation des ICA+ de niveau 3 touche essentiellement des cols blancs. Le nombre de salarié ouvriers ayant bénéficié, toute au long de l’année, de 2 jours de repos hebdomadaires consécutif est en forte baisse, ce qui nous démontre que cette catégorie a été fortement sollicités à travailler le samedi. Nous pouvons conclure que pour l’ensemble de ces catégories, par des horaires atypiques, une charge de travail plus conséquente, des heures supplémentaires toujours importantes,… entrainent une dégradation des conditions de travail.

Le bilan industriel est positif, des investissements ont été réalisés dans l’entreprise, nous voyons arriver de nouveaux moyens de production mais aussi une sollicitation des salariés de plus en plus forte, qui entraine des dégradations citées précédemment sans pour autant revaloriser les salaires à hauteur des efforts fournis.

Sur la situation comparée, le recrutement des femmes reste proportionnellement correct sauf chez les ouvriers, tout en reconnaissant qu’il soit plus difficile de recruter des femmes dans une entreprise industrielle. Nous demandons qu’une sensibilisation soit faite sur les métiers de production aéronautique en direction des femmes lors des forums scolaires, auprès des organismes de formation et d’emploi. Au sujet de la rémunération des femmes cadres et techniciennes nous constatons toujours des disparités avec les hommes malgré une progression plus rapide dans les échelons, les salaires restent plus bas. D’ailleurs nous ne retrouvons qu’une seule femme dans les 10 plus hautes rémunérations.

 

AU REGARD DE NOTRE DECLARATION NOUS NOUS ABSTIENDRONS DE DONNER UN AVIS SUR CE BILAN.